Les Francais aiment (beaucoup) Facebook

C’est en me rendant compte que mes amis ne prenaient pas le temps de me répondre au téléphone, mais qu’ils avaient le temps de faire plusieurs commentaires sur Facebook que je me suis demandé combien de temps passent les Français sur Facebook.

On trouve régulièrement des données et statistiques sur ce réseau à l’échelle mondiale, qui ne reflète pas obligatoirement l’audience Française. Nous avons réussi à trouver plusieurs données fiables concernant la France. A notre grand regret, les dernières données vérifiées datent de Janvier 2009, malgré cela ces données sont sûres puisque issues de Médiamétrie.

  • Le site fondé il y a cinq ans par Mark Zuckerberg a capté sur cette période 5,1% du temps global passé en ligne.
  • 6 690 780 Français (Janvier 2009) contre 1 280 000 en février 2008. Développement donc plus que spectaculaire et un nombre qui aura sans doute encore augmenté d’ici que vous lisiez ces lignes (pour info, cela signifie que 19% des internautes français sont inscrits à Facebook).
  • 55% de femmes, 45% d’hommes (peu d’évolution ici).
  • 52% se connectent chaque semaine.
  • 68% des Français ont déjà entendu parler de Facebook (+30% par rapport à 2007 !).

Répartition géographique: Top 10 des utilisateurs par villes.

1. Paris           4.298.140
2. Marseille        670.640
3. Lyon              531.380
4. Rennes           393.560
5. Toulouse        372.800
6. Lille                361.860
7. Nantes           358.600
8. Montpellier   326.620
9. Bordeaux       313.000
10. Strasbourg  256.100

Ce qui intéressant de noter, c’est que le classement des 10 villes les plus présentes sur Facebook ne correspond pas au classement INSEE des villes de France: 1. Paris, 2. Marseille, 3. Lyon, 4. Lille, 5. Nice, 6. Toulouse, 7. Bordeaux, 8. Nantes, 9. Strasbourg, 10. Toulon.

NB: Ces chiffres sont d’autant plus impressionnant qu’un des services Internet jeune, connu et utilisé sur cette terre peine à trouver un modèle économique et à générer des revenus.

Alfa Roméo descend bien bas, à -11 000 mètres pour etre précis

Alfa Roméo baisse ses prix et notamment celui de la 147. Lorsque l’on s’appelle Alfa et que l’on souhaite faire à la fois du tactique sur le prix mais aussi de l’image, il faut servir cela par une bonne idée. L’offre commerciale ou l’idée marketing est la suivante, le prix de l’Alfa est descendu au plus bas soit 15 000€. Vieille technique publicitaire, on sert le propos par la preuve, on descend donc le panneau de la pub à l’endroit le plus bas sur terre soit dans la fosse Marianne ou se chevauchent les plaques tectoniques.

Fake ou pas, regardez la vidéo car l’idée est plutôt simple et bien exécutée, et même si cela n’est pas vrai, au moins c’est divertissant, et une chose est sûre, l’opération: expédition 147 fera parler d’elle.

Un site web est disponible (expedition147.be), on regrette qu’il ne complète pas mieux le dispositif. Enfin, je ne connais pas les attentes des Belges en terme d’environnement, mais Alfa risque tout de même de s’attirer les foudres des associations car il n’est jamais précisé que le panneau ai été remonté donc on suggère qu’il est encore au fond ce qui n’est pas éco-friendly :)

Pour terminer, cette opération n’est pas sans rappeler celle faite pour un restaurant avec le repêchage d’une enseigne publicitaire vieille de 50 ans  dans le port de Seattle. Cette autre opération se trouve dans la suite de l’article.

LIRE PLUS

Ô temps suspend ton vol

En ce début 2010, tous les grands sites et entreprises de tendances s’affairent au dessus de leur boules magiques et leurs outils de veille pour tenter de nous livrer quelques prédiction sur les grandes tendances à venir.

Une chose est sûr; c’est du coté de la toile que cela se passe, et plus particulièrement sur les réseaux sociaux. Jusque là rien d’étonnant. Nous n’expliquerons pas que le principe actuel est la discussion entre les marques et leurs audiences VS la pub VS le CRM (tout deux à sens unique). Par contre le tableau suivant démontre que les audiences échangent entre elles et produisent beaucoup de contenus… Ce qui explique l’essor des petites annonces d’emplois pour devenir « Community Manager » car ce torrent de contenu doit être repéré, analysé et si possible canalisé, et lorsque l’on regarde les chiffres défilés, il y a du travail à faire.

Notez bien que ce tableau est interactif, vous pouvez choisir la durée, mais aussi le champs d’application des données.

Le buzz qui sent la bouse (bien fraiche)

Chez WE, nous essayons de ne pas nous laisser aller à poster le dernier buzz, même si parfois nous en avons envie. Bruno avait publié un post sur les buzz/bouses, et cela tombe bien puisque voici un vrai buzz qui sent vraiment la bouse au sens premier du terme. Nous sommes tombés par hasard sur un concept des plus original. On dit souvent que que l’on peut à peu près tout vendre sur le net et bien je crois maintenant que c’est possible et ce sans avoir un produit alambiqué comme Vulva dont vous pouvez visitez le site mais dont je ne mettrai aucune analyse.

Ici le concept est très simple et très bio: vous détestez quelqu’un, envoyer lui une boite de fumier avec un petit mot doux. Nous avons tous quelqu’un que nous n’aimons pas (famille, amis, ex, boss…) et parfois nous aimerions leur faire partager cette aversion, mais soit c’est délicat de partager ce sentiment en frontal, soit c’est complètement crétin que s’attaquer à coup de clef à une voiture. Fumier.com se propose donc de faire parvenir une jolie petite boite de la dite composition avec un petit mot à la personne de votre choix pour lui faire comprendre combien vous l’estimez.

Le site est sobre, l’histoire de Roger Combotte qui commercialise sa bouse tient debout; après tout, pourquoi ne pas rentabiliser les déjections au titre d’une blague ou d’une vengeance. Mais cela était trop beau pour être vrai, il y a une agence qui se cache derrière se dispositif: studio-imagination qui est une société co-dirigée par Oliver Legrand à l’origine de l’opération. Une chose peut être reprochée, leur société est spécialisée dans le film et les évènements, je ne comprend donc pas bien le pourquoi du comment, oui cela attire les regards, mais cela ne fais pas partie de leurs compétences affichées, c’est un peu dommage de prouver sa capacité à réussir un buzz pour vendre une autre prestation.

Toujours est-il que cette opération fonctionne très bien: presse locale, étrangère, radios, 25 000 connexions ce jour, contre 400 connexions le 18 décembre au lancement de l’opération… On peut donc dire que le buzz a bien pris d’autant plus qu’en terme de R.O.I ce dernier marche bien puisqu’ils envisage d’embaucher 2 personnes pour l’envoi de ces charmantes boites bien que ce concept ne devrait pas se pérenniser.

De plus Olivier Legrand essaie de conserver une certaine éthique par rapport à son concept, ce site ne doit pas être un « défouloir ». « Je refuse les messages xénophobes, diffamatoires, méchants », explique Olivier Legrand qui filtre les commande « au feeling ». Il n’a pas encore reçu de plaintes. « Comme il faut donner son e-mail lors de la commande, ça calme les ardeurs ».

Nous devons tout de même ajouter que Roger Combotte existe réellement, il est devenu dans le secteur « le roi du fumier », il a donc pu  créer son blog et acquérir un profil sur Facebook.

Enfin, la petite vidéo qui présente la jolie petite entreprise. Un dernier mot,, nous aimons ces quelques bulles de fraicheurs (malgré le produit) qui nous rappellent que les grandes agences n’ont pas toujours le monopole des bonnes idées.